Le mois de mars au Japon marque la fin de l’année scolaire et la rentrée se fait en avril. C’est la raison pour laquelle dans les anime on peut voir les élèves faire leur rentrée sous les cerisiers en fleur.

En plus de marquer le coup en dessinant des fresques sur tableau noir le dernier jour d’école, pour chaque fin de cycle, il y a une cérémonie de remise de diplôme.
C’est ce qu’on appelle en japonais 卒業式 « sotsugyo shiki ». Les élèves se mettent sur leur 31 et se rassemblent tous une dernière fois lors d’une cérémonie afin de recevoir leur diplôme de fin de cycle.

Si en général les garçons mettent un costume et les filles portent un kimono, à l’Université de Kyoto il y a une tradition bien particulière : se cosplayer pour recevoir son diplôme.

Kyodai : une université prestigieuse

L’Université de Kyoto (Kyoto Daigaku) souvent abrégé en Kyodai, est la 2e plus ancienne université du Japon et l’une des plus prestigieuses avec l’Université de Tokyo (Todai). Fondée en 1897, elle est connue pour son esthétique traditionnelle, mais en mars l’établissement fait souvent la une des journaux nationaux pour une autre raison : sa cérémonie de remise de diplôme durant laquelle certains élèves se cosplayent.

Les origines de la tradition

Cette tendance a débuté en 1988 lorsqu’un élève s’est déguisé en Bakatono Sama, le personnage fétiche du regretté comique Ken Shimura, et a progressivement pris de l’ampleur au fils des années. C’est à partir des années 2000 que c’est vraiment devenu une tradition qui se perpétue chaque année. Selon une théorie, cette tradition pourraient être liée à la statue de «Hikoichi Orita» (1849-1920), un professeur qui a joué un rôle déterminant dans la fondation de l’Université de Kyoto.

La statue de Hikoichi Orita

Une statue en bronze du buste du professeur Orita est installée à l’Université de Kyoto en 1955. Une nuit de 1990, des étudiants protestant contre la Première Guerre du Golfe peignent à la bombe le visage de la statue en rouge et taguent « personne en colère » sur le socle. C’est la première dégradation d’une longue série.

L’Université nettoie le buste après chaque incident, mais la statue ne cesse d’être vandalisée par les étudiants qui s’amusent à peindre et déguiser le professeur de façon de plus en plus élaborée. Le jeu du chat et de la souris dure des années, jusqu’en 1997, date à laquelle les administrateurs de l’Université de Kyoto décident de retirer la statue. Ils décident de régler le problème en stockant la statue dans le sous-sol du département d’anthropologie.

Pas découragés pour autant, les élèves décident alors de faire évoluer la tradition : au début des années 2000, des versions alternatives de la statue commencent à apparaître à l’ancien emplacement de la statue, en particulier durant la saison des examens d’entrée à l’université fin février et début mars. C’est ainsi on a pu voir des versions de Hikoichi Orita en Suppaman de Dr Slump, Golgo 13, Pierre de Pokemon (Takeshi en japonais), Kirby ou encore en Nausicaä.

C’est donc possiblement cette tradition consistant à déguiser la statue de Hikoichi Orita, qui a fortement inspirée celle de se cosplayer pour la cérémonie de fin d’étude. Ce site en japonais recense les différentes « statues » de 2001 à 2018.

L’exception de 2011

En 2011 juste après la tragédie du tremblement de terre du Tohoku du 11 mars, l’Université décide exceptionnellement d’interdire « les costumes inappropriés » et demandent aux étudiants de « célébrer la remise des diplômes de manière solennelle et digne ». Pour la première fois, ceux qui souhaitent se présenter en cosplay se verront refuser l’entrée à la cérémonie de remise des diplômes.

En 2020, avec la pandémie de Covid-19, la cérémonie de remise de diplôme est annulée. Malgré tous des élèves se rassemblent quand même sur le campus, certains en cosplay et prennent des photos commémoratives.

Une tradition pas suivie par tous

Attention cependant, si tous les ans les photos des élèves en cosplay font le tour des médias japonais et des réseaux sociaux, la majorité célèbre ça de manière traditionnelle en portant costumes et kimonos. Comme ils sont souvent en premier plan, ils attirent l’attention, mais si on regarde l’arrière-plan, on se rend compte qu’ils sont finalement assez peu nombreux. Ce n’est donc pas une tradition suivie par tous les étudiants, loin de là.

Le concours de cosplay le plus difficile du Japon

Les Japonais ont surnommé humoristiquement cette cérémonie de fin d’étude : « le concours de cosplay le plus difficile du Japon ». Pas parce que le niveau est particulièrement relevé, mais tout simplement parce que l’examen d’entrée à l’Université de Kyoto est très difficile. Il est dit que seul 1% de tous les candidats aux Universités de Tokyo (Todai) et Kyoto (Kyodai) réussissent à passer l’examen.

L’Université de Kyoto : une exception ?

Kyodai n’est pas la seule université où les étudiants se déguisent pour recevoir leur diplôme. Il y a même une Université qui pousse la chose beaucoup plus loin : l’Université des beaux-arts de Kanazawa. Contrairement à l’Université de Kyoto, c’est quasiment l’intégralité des élèves qui se cosplayent lors de la cérémonie de remise de diplôme.

Cependant, même si on pourrait penser que cette tradition pourrait faire des émules, beaucoup d’universités imposent un code vestimentaire stricte. Ainsi en 2014, des élèves de l’Université de Hokkaido se sont vus refuser l’entrée de la cérémonie d’accueil des élèves de premières années parce qu’ils s’étaient déguisés.

Et pour finir une petite sélection des meilleurs cosplay des diplômés de l’Université de Kyoto à travers les années. Enjoy !

kyodai cosplay
kyodai_cosplay

Images : Kogusoku, Togetter

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici